Cahier des charges (CDC)

L’élaboration du CDC est l’étape incontournable avant la phase de conception et construction d’un premier prototype proche de la version qui sera testée en phase de diffusion.

La structure relais, l’entrepreneur ayant identifié un marché potentiel, va bien sûr participer à cette élaboration mais n’est pas en mesure d’élaborer ce CDC en autonomie.

 

L’expérience de Planète Bois est très claire en la matière, la définition finale de ce CDC doit revenir à l’expert constructeur/concepteur qui est seul à même d’agréger l’ensemble des informations pour garantir:

  • la réponse optimale aux besoins identifiés du futur utilisateur de l’équipement
  • le choix de la puissance nominale
  • le type de biomasse sèche qui sera employée
  • une performance énergétique et environnementale optimale
  • les contraintes constructives (matériaux, savoir faire, ..) et de diffusion locale (logistique, installateurs, ..)
  • la valorisation maximale des matériaux disponibles localement (maîtrise du coût final, développement de savoir faire local, plus value locale,..)
  • le respect de règles de sécurité, de normes, ..

 

Les aspects, eux plus liés aux fonctions d’estime notamment l’apparence extérieure, le choix de couleurs/matériaux spécifiques/accessoires devra se faire avec un spécialiste du domaine.

 

Les outils d’aide à l’élaboration du cahier des charges

Pour faciliter l’élaboration des outils spécifiques ont été développés.

Ils consistent en:

  • un protocole d’enquête spécifique pour définir les besoins et contraintes d’usage, caractériser le cœur de cible, les sites/zones pilotes potentiels, le niveau de satisfaction actuel ...
  • un suivi quantifié du mode de satisfaction des besoins avec les équipements traditionnels (les performances, niveaux de consommation, durées, puissances) sur un échantillon représentatif
  • une série de visites, entretiens avec les producteurs existants et/ou partenaires, les fournisseurs de matériaux, les grossistes existants
  • une caractérisation complémentaire au besoin sur les matériaux, le combustible bois utilisable, etc...

 

Ecueil le plus commun : Le porteur de projet souvent généraliste, spécialiste du montage financier de projets veut s’impliquer dans l’élaboration de ce cahier des charges

Sachant que ce que l’on propose est très innovant, il est préférable que seul le triptyque : entreprise productrice/pool de bénéficiaires/Planète Bois (ou toute autre entité disposant d’un savoir-faire cherchant à réaliser un transfert technologique) soient les seuls impliqués à ce stade. Souvent, des structures de développement aptes à capter des financements, au lieu de rester dans leur compétence d’« assemblier »/porteur de projet veulent s’immiscer dans la définition du cahier des charges des équipements innovants. Cela conduit souvent à des retards conséquents, des incompréhensions fortes.

 

En effet, la vision générale des « développeurs » est souvent incomplète ou fortement conditionnée par le marché classique (pas cher, peu durable, clé en main, très centralisé).

La problématique ici est : Peut-on viabiliser des filières courtes proposant des équipements performants à coût maîtrisé répondant parfaitement aux besoins des usagers potentiels ?

En parallèle à l’innovation technologique, il faudra généralement travailler sur la consolidation de modes de diffusion/commercialisation innovants (conditions d’acquisition, installation/maintenance), des modèles dans une version vertueuse de sociétés de services, de CUMA, de sociétés de leasing seront ici particulièrement adaptés.



Planète Bois

17 bis route de Toulouse

65 690 Barbazan Debat

 

contact@planetebois.org