Cuisinière Multifonction pour restaurants et collectivités

Historique

Intérêt d’élargir les domaines d’applications de la Cuisinière Multi Fonction

La phase de diffusion pour le modèle familial est en cours au Maroc avec la structure relais partenaire, MNED.

Toutefois, Planète Bois trouve pertinent d’élargir le potentiel de cet équipement bien né pour les besoins des cantines collectives et des restaurants de rue, utilisant des équipements bois ou charbon obsolètes (rendement autour de 30% au maximum), ou peu cohérents comme des planchas au gaz pour réchauffer des plats à tajine.

Cuiseurs au charbon de bois chez une restauratice de Bamako, 2012

Un partenariat direct avec un entrepreneur apte à se lancer dans cette production-installation

Planète Bois a aussi chercher à travailler en direct avec un entrepreneur apte à produire, installer et établir un lien commercial sur la durée avec les restaurants/collectivités.

M. Ousmane Samassekou a ainsi été identifié compte tenu de ses qualités d’entrepreneur : motivation pour la qualité et l’innovation, très expérimenté en gestion d’entreprise, avec une capacité d’investissement pour initier une nouvelle filière économique de ce type.

 

Une formation a été organisée par le biais de la plateforme CEREBE, une mission de faisabilité a été réalisée à Bamako fin 2012 (rencontre avec les restauratrices, éléments de conception de l’équipement, faisabilité technologique, modalités de diffusion/acquisition,..).

Enjeux

Comme dans toute action de développement durable, les enjeux sont de trois sortes :

  • économique

D’après les premières simulations, avec une consommation moyenne actuelle de 20 kg de charbon de bois par jour soit environ 7 tonnes de charbon par an le coût du poste énergie annuel se situe autour de 1 000 euros. L’usage d’une CMF spécifiquement conçue pour les restauratrices ramènerait ce poste à 300 euros par an, soit une économie annuelle de 700 euros.

Avec un prix de vente estimé autour de 400 euros, le temps de retour est donc de 7 mois. Pour un marché de 500 gargotes, un investissement initial de 200 000 euros permettrait une économie annuelle sur le poste énergie de 350 000 euros avec un équipement à très longue durée de vie.

 

  • social

Les conditions de travail des employés en charge de la cuisine seront drastiquement améliorées (fin des fumées nocives avec un taux négligeable de PM2,5, sécurité du travail, réduction de la pénibilité du travail avec une conception ergonomique de la CMF, ..). Pour les clients, ce type d’équipement avec la possibilité de stériliser les ustensiles de cuisine garantira une parfaite hygiène, pratique en vigueur dans certaines gargotes en Afrique notamment au Bénin pour lutter contre l’hépatite.

La visibilité d’un tel équipement aura aussi un rôle d’information au plus grand nombre de la faisabilité de l’usage moderne de la biomasse solide en Afrique, avec une combustion très propre.

 

  • environnemental

Le grand intérêt de la CMF est qu’elle est conçue pour utiliser le petit bois collecté de manière renouvelable par élagage sans coupe de l’arbre contrairement au procédé de charbonnage actuel au Mali (normalement interdit). L’entrepreneur, M. Ousmane Samassekou, réfléchit d’ailleurs pour organiser avec les fournisseurs de petit bois un système contrôlé de gestion durable.

En terme quantitatif sur 500 gargotes ayant recours au nouvel équipement, ce sont 20 000 tonnes de bois non coupés tous les ans souvent de manière destructive. Les communes autour de Bamako seraient alors à même de fournir de manière durable les besoins énergétiques des gargotes.

 

Outre la renouvelabilité du combustible utilisé, la non émission de carbone élémentaire (« black carbon ») a aussi un impact sur l’effet de serre à courte durée (la technologie Planète Bois permet une réduction d'un rapport de 1 à 100 sur les particules fines avec les cuiseurs actuels à Bamako).

Situation & Perspectives

Pour 2013, il est planifié le travail de validation en laboratoire et sur sites pilotes d’un modèle de CMF adapté aux besoins des restauratrices (cuisson, ECS), valider le procédé de production – installation de qualité à coût maîtrisé.

Une recherche d’appui financier est en cours par l’entrepreneur pour démarrer ce travail. La situation géopolitique actuelle n’est certes pas favorable (frilosité des financeurs), mais la stabilité de Bamako doit inciter à encourager les entrepreneurs désireux de miser sur le développement durable de leur pays.

Planète Bois

17 bis route de Toulouse

65 690 Barbazan Debat

 

contact@planetebois.org